Return to site

PORTRAIT DU MOIS #12

Afaf Berrada

Association Al Ikram

Afaf BERRADA est la directrice de l'Association Al Ikram qui a pour mission de répondre de manière globale à la précarité des familles démunies, en proposant des actions sociales et éducatives destinées aux enfants, aux jeunes et aux femmes. La collaboration entre Espace Bidaya et l'association Al Ikram s'est construite autour d'une mission de sensibilisation à l'entrepreneuriat social des bénéficiaires de l'association Al Ikram. Côtoyer les équipes et bénéficiaires de l'association Al Ikram nous a donné envie d'en savoir davantage sur les champs d'action de l'association et plus particulièrement sur la femme qui en est à la direction.

« Le bonheur est un parfum que l’on ne peut répandre sur autrui sans en faire jaillir quelques gouttes sur soi-même » - R.W. Emerson

Qui se cache derrière la direction de l'association Al Ikram ? Racontez-nous votre parcours jusqu'à aujourd'hui.

Je vous remercie tout d’abord de me faire l’honneur de me solliciter pour le portrait du mois.

Mon parcours professionnel s’est fait dans l’enseignement. En effet, j’ai été (et suis toujours) enseignante de Marketing et de Communication en cycle supérieur.

En 2002, avec ma casquette d’enseignante, j’ai eu l’opportunité de concrétiser ma passion pour l’action sociale en intégrant la direction de l’association Al Ikram. Une aventure qui dure depuis 16 années et qui garde pour ultime objectif la réinsertion scolaire et professionnelle de jeunes issus de milieux très précaires. Malgré certaines périodes difficiles (le manque de ressources pour assurer les frais de fonctionnement), nous avons su garder un optimisme et une foi sans faille. En cette mission, nous trouvons continuellement l’énergie de nous battre.

Depuis 2013, grâce à l’accompagnement du cabinet de conseil Valyans, nous sommes devenus l’association Al Ikram – Fondation Valyans. Avec bienveillance, le cabinet nous a pris sous son aile et nous a permis de mieux nous structurer au niveau de notre organisation, de notre management et de nos ressources humaines.

Nous sommes aujourd’hui une équipe d’enseignants et de chefs de projets très engagés auprès des bénéficiaires de notre association et des donateurs qui nous soutiennent depuis le premier jour.

L’Association développe des programmes favorisant l’accès à l’éducation et à l’insertion professionnelle, c'est sur cette seconde thématique qu'est intervenue Espace Bidaya. Expliquez-nous les actions et projets que vous menez sur ces différents sujets.

Au démarrage d’Al Ikram, en 1996, l’association proposait une action humanitaire en distribuant des dons en produits alimentaires aux plus démunis. Elle a rapidement adopté une vision à long terme en prônant un impact durable avec des programmes de réinsertion scolaire et professionnelle comme l’ENF (Education non Formelle pour les enfants en abandon scolaire niveau primaire), Afaq (programme d’insertion des jeunes en abandon scolaire niveau collège), Ressourc’In (une entreprise sociale de valorisation de déchets plastiques, tissus et papiers, qui aide 80 jeunes déscolarisés sans qualification ou des femmes socialement défavorisées à la réussite de leur insertion professionnelle) et Al Ikram Lil Amal.

Espace Bidaya est justement intervenu au niveau d’ « Al Ikram Lil Amal », un programme de formation dans les métiers de la vente, de réorientation et d’insertion professionnelle visant une cible de jeunes ayant un niveau bac à bac+2 n’ayant pas trouvé d’opportunité dans le marché du travail. Notre atout est de pouvoir leur faire retrouver une certaine confiance en eux à travers des cours de développement personnel (life skills) et des ateliers de formation en entrepreneuriat social (assurés par Espace Bidaya) sur différentes matières d’expression orale et de simulation d’entretiens d’embauche mais aussi de les mettre en contact avec des entreprises. Le taux de réussite d’insertion professionnelle résultant de cette initiative est de 80%.

Selon les derniers chiffres publiés par le HCP, le taux de chômage au Maroc atteint les 9,3% au deuxième trimestre 2017. Quelle est votre vision du marché du travail et du tissu associatif qui tente de palier à la précarité de l'emploi ?

Le tissu associatif consacre son énergie à pallier à la précarité et aux lacunes des programmes de formation professionnelle par la mise en place d’un accompagnement et d’un suivi personnalisé des jeunes. Je reste optimiste quant à la volonté des acteurs du marché du travail à renforcer la proactivité des centres de formation professionnelle (OFPPT, Entraide Nationale et CFA).

Il y a également une dimension à prendre en compte pour faire rayonner la génération de demain dans le monde professionnel : le développement personnel à travers des cours de Life Skills, de techniques de recherche d’emploi et de renforcement des langues comme le français et l’anglais.

Quels sont les défis à relever pour l'association Al Ikram ?

Notre challenge est de multiplier les programmes à vocation d’insertion scolaire et professionnelle. Les défis sont énormes vu l’ampleur du nombre de jeunes qui après un cursus de formation professionnelle de 2 ans, ont le plus grand mal à se faire recruter. Nous nous rendons compte que des formations courtes et complémentaires aux formations techniques de base peuvent rapidement créer la différence entre les candidats et les rendre éligibles à l’emploi. Al Ikram Lil Amal répond à cet objectif.

Plus de 1000 enfants pris en charge par Al Ikram ont pu retrouver le chemin de l’école, 1200 femmes ont participé aux ateliers d’alphabétisation et de formations techniques débouchant sur des activités génératrices de revenus, et 45 000 familles ont bénéficié de denrées alimentaires durant le ramadam. Ces chiffres démontrent l'ampleur de votre champ d'action, pouvez-vous nous donner votre meilleur souvenir partagé avec les bénéficiaires ?

Je ressens une immense joie en repensant à 3 jeunes adolescents issus du programme ENF (Education Non Formelle) non éligibles à aucune formation de par leur niveau scolaire très bas. Al Ikram les a introduit au métier de fleuriste à l’âge de 16 ans, il y a une dizaine d’années et de manière tout à fait spontanée. Ce fut la découverte totale de cette profession pour ces derniers mais notre initiative a marché. Ils ont gravi les échelons d’année en année et sont montés en compétences. L’un d’entre eux est présentement chef d’équipe et propose des prestations haut de gamme à différentes entreprises et occasions comme les fêtes de mariage. Ils sont aujourd’hui tous les trois pères de familles comblés grâce à leur réussite dans ce métier.

Vous êtes une femme engagée dans la lutte contre les clivages sociaux, votre carrière professionnelle est animée par ce combat. D'où vous vient ce dévouement ? Quelle est votre source d’inspiration ?

Mon éducation a débuté auprès des sœurs franciscaines et des carmélites qui m’ont appris la rigueur et la notion d’altruisme. Jeune femme, cette volonté de donner à autrui est devenue ma vocation. Elle s’est matérialisée par mon choix d’enseigner et de consacrer ma vie à l’écoute du besoin des autres, au partage et au bien de la communauté. Je continue l’aventure Al Ikram et reste ouverte à toutes les opportunités que m’offrira la vie pour agir pour la bonne cause.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly